Salvador Dali, le père né de l’infertilité

    Synopsis du nouveau livre sur Salvador Dali et l’ethnoesthétique

____________________________________________________________________________________

 

Sujet : Première étude consacrée à l’œuvre entier de Salvador Dali (du début à la fin dans toute sa variété plastique : peintures, sculptures, performances, gravures, bijoux, etc.)

 

Point de vue innovant : Ethnoesthétique (philosophie de l’art et ethnologie). Cette science spécifique appliquée juqu’ici à des terrains limités fait ses preuves dans le champ généraliste de l’art. Une nouvelle spécialisation de six années a été nécessaire à l’auteur pour devenir véritablement un expert de l’oeuvre de Dali du point de vue scientifique (680 titres composent la biliographie du livre).

 

Auteurs : Nadine Martinez Galindo, Docteur en Arts et sciences de l’art de l’Université de Paris I, Panthéon Sorbonne, chercheur, auteur de 5 livres édités chez L’Harmattan, directrice de la collection « Ethnoesthétique » chez L’Harmattan, membre du laboratoire Lettres Langages et art de l’Université de Toulouse Le Mirail est l’une des rares représentantes de cette discipline dans le monde. Manuel Galindo, co-auteur assistant documentaliste, traducteur, master dans le domaine du spectacle vivant.

 

Publics visés : les nombreux amateurs de Salvador Dali répartis dans le monde entier, toutes les personnes sensibles au sujet de l’infertilité et les chercheurs des diverses sciences liées à l’art. Performance unique, ce livre répond pleinement à l’attente de trois publics ciblés en demande depuis longtemps d’une étude comme celle-ci. Il sera indubitablement précurseur de nombreuses recherches universitaires à venir et de multiples publications. Il se trouve également au centre de débats de société dans plusieurs pays.

 

Présentation : Le croisement des œuvres de Salvador Dali et d’entretiens ethnologiques sur le thème de l’infertilité a produit une étude originale et inédite. Une facette du personnage a échappé à l’analyse de tous les auteurs ayant déjà écrit des livres afférents à l’artiste. Dali n’est pas un fou, pas davantage un clown, mais un être profondément souffrant atteint par une douleur qu’il exprime dans sa production : son désir d’enfant impossible à réaliser dans un couple touché par l’infertilité.

Il ne s’agit pas d’interpréter l’œuvre de Dali ou encore d’un parti pris personnel, mais, simplement de lire son oeuvre telle qu’il nous la montre. Nous avons été aveugles durant tellement longtemps que nous avons peine à croire que l’évidence ne nous ait pas littéralement sauté aux yeux plus tôt.

Dali a peint de nombreux enfants ! Il a décrit précisément les différentes étapes et les réflexions de tous ceux qui sont sur le parcours de l’infertilité. Son désir d’enfant est au cœur de son processus artistique et il a pris soin de le tenir secret tout en nous le montrant ostentatoirement. Placé sous nos yeux, il a échappé à notre regard. Dali est un maître de la dissimulation et ce livre démonte ses mécanismes.

L’ethnoesthétique a été l’outil choisi pour analyser l’œuvre de Dali dans une approche spécifique permettant de retrouver la pensée qui fut à l’origine de nombreux travaux durant 70 ans de production.

Le livre a été conçu tel un parcours dans lequel le lecteur remplit ses bagages au fur et à mesure qu’il avance dans sa lecture des chapitres allant toujours de plus en plus loin dans les découvertes et les raisonnements.

Encore un livre sur Salvador Dali ! Oui, mais, il n’exprime que des réflexions innovantes et rend compte d’analyses scientifiques jamais réalisées auparavant. Dali, boudé par les universitaires jusque dans les dix dernières années, a échappé à une étude minutieuse de son œuvre auquel cette recherche rend toute sa dimension. « Un nouveau livre pour un nouveau Dali » pourrait-on dire : il ne sera plus possible de regarder Dali et son œuvre comme avant, après l’édition de ce livre.

4ème de couverture : Argument

Enfin une véritable étude scientifique de l’œuvre de Salvador Dalí dans toute l’ampleur de sa diversité et de son foisonnement ! Les auteurs ont choisi d’appliquer les méthodes d’une jeune science de l’art, l’ethnoesthétique, à l’oeuvre de l’artiste. La contribution de Salvador Dalí fut déterminante au développement de cette science. Docteur de l’Université de Paris I en Art et sciences de l’art, Nadine Martinez a réuni une somme colossale d’informations qu’elle partage avec le lecteur, mène des analyses comparatives, repère des évolutions formelles et nous invite à la suivre afin de découvrir la pensée qui a soutenu tout le travail de Salvador Dalí pendant plus de soixante-dix ans. Manuel Galindo l’a assistée tout au long de ses recherches. Les amateurs de notes, garantes d’un travail scientifique sérieux, sont enfin servis car elles sont nombreuses et viennent véritablement compléter en une seconde lecture un texte clair. Enfin ce livre propose un texte neuf et un regard neuf car même les titres des chapitres et leur contenu sont absolument inédits. L’un des secrets de Salvador Dalí se trouve ici révélé. La richesse de l’iconographie vise à découvrir une part méconnue de l’oeuvre de Salvador Dalí. Les auteurs nous disent qu’après la lecture de leur livre nous ne verrons jamais plus Salvador Dalí comme avant : le pari est tenu !

 

Volume : environ 324 pages.

Posted in Uncategorized.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *